Small Fonts Default Fonts Large Fonts

Plus de 2500 récréations et problèmes mathématiques !

Ce site a été créé en souvenir de DIOPHANTE, mathématicien grec, qui nous a laissé de remarquables ouvrages d'arithmétique. L'objectif est de constituer une vaste bibliothèque de problèmes mathématiques avec les énoncés et les solutions classés par thèmes et selon leur niveau de difficulté et de proposer chaque mois plusieurs problèmes à la sagacité des lecteurs qui ont toute latitude pour envoyer leurs réponses.

Avertissement

Tous les problèmes sont identifiés par un niveau de difficulté :

Très facile

Facile

Moyen

Difficile

Très difficile

Variable

 

D'autre part, les problèmes se traitent généralement à la main et sont alors repérés par l'icône

 

Pour faciliter leur résolution, l'ordinateur peut être utile. Dans ce cas, vous verrez apparaître aussi cette icône

 

Quand l'ordinateur est indispensable, l'icône figure seule.

 

Pour avoir accès aux solutions de chaque problème, cliquez sur solution.

 

Les figures et les graphes ont été réalisés grâce au logiciel Declic.

Avertissement
Open/Close
G224. Voyage spatial en Diophantie Imprimer Envoyer
G2. Combinatoire - Dénombrements
calculator_edit.png  

Dans la galaxie Diophantie, l’espace (à trois dimensions) est partagé par un certain nombre de plans tels que trois d’entre eux ont toujours un point commun mais quatre ou plus ne passent jamais par le même point. On dénombre 2164 régions ouvertes sur l’infini.Calculer le nombre de polyèdres disjoints deux à deux (1) délimités par ces plans.
Pour les plus courageux : déterminer le nombre de plans partageant l’espace de Diophantie tel que le nombre de polyèdres disjoints deux à deux (1) délimités par ces plans est le plus grand carré parfait possible.
(1) un même polyèdre ne contient pas deux points séparés par un des plans.


Jean Moreau de Saint Martin
,Louis Rogliano,Patrick Gordon,Pierre Renfer,Pierre Jullien et Rodolfo Niborski ont résolu la première partie du problème et ont identifié n = 47 plans délimitant (n-1)*(n-2)*(n-3)/6 = 15180 polyèdres disjoints deux à deux.Ils ont également constaté que pour n = 51, le nombre tétraédral de polyèdres disjoints est le plus grand carré parfait possible 19600 = 1402.La démonstration complète se trouve dans la solution de Jean Moreau de Saint Martin.
De son côté Daniel Collignon donne les références de l'article de A.A.J. Meyl,ancien capitaine d'artillerie,paru en 1878 dans les Nouvelles Annales Mathématiques et qui démontre la même propriété avec une pile de boulets à base triangulaire.

 
RSS 2.0 Our site is valid CSS Our site is valid XHTML 1.0 Transitional