Small Fonts Default Fonts Large Fonts

Plus de 2000 récréations et problèmes mathématiques !

Ce site a été créé en souvenir de DIOPHANTE, mathématicien grec, qui nous a laissé de remarquables ouvrages d'arithmétique. L'objectif est de constituer une vaste bibliothèque de problèmes mathématiques avec les énoncés et les solutions classés par thèmes et selon leur niveau de difficulté et de proposer chaque mois plusieurs problèmes à la sagacité des lecteurs qui ont toute latitude pour envoyer leurs réponses.

Avertissement

Tous les problèmes sont identifiés par un niveau de difficulté :

Très facile

Facile

Moyen

Difficile

Très difficile

Variable

 

D'autre part, les probl√®mes se traitent g√©n√©ralement √† la main et sont alors rep√©r√©s par l'ic√īne

 

Pour faciliter leur r√©solution, l'ordinateur peut √™tre utile. Dans ce cas, vous verrez appara√ģtre aussi cette ic√īne

 

Quand l'ordinateur est indispensable, l'ic√īne figure seule.

 

Pour avoir accès aux solutions de chaque problème, cliquez sur solution.

 

Les figures et les graphes ont √©t√© r√©alis√©s gr√Ęce au logiciel Declic.

Avertissement
Open/Close
A613. L'ouvrage du colloque Imprimer Envoyer
A6. Partages et partitions
calculator_edit.png computer.png   

A l'issue du colloque sur les Problèmes du millénaire (voir rubrique H133),cinq mathématiciens de nationalités différentes s'apprêtent à acheter l'ouvrage qui reprend les minutes des principales communications. Ils utilisent la monnaie de leur pays d'origine dont les unités de compte avec les pièces et coupures en circulation sont respectivement :

-          le ducat (1, 2, 5, 10),

-          le liard (1, 2, 5, 10, 20, 50),

-          la pistole (1, 5, 10, 25),

-          le sequin (1, 2, 4, 8, 16, 32, 64)

-          le sesterce (1, 3, 9, 27, 81).

 Le prix du livre s'exprime dans les cinq monnaies sous la forme de cinq entiers tous > 1. Par ailleurs, il est bien connu qu'un ducat vaut plus cher qu'un liard mais vaut moins cher qu'un sequin.

Au moment du passage en caisse, on entend les cinq déclarations suivantes :

-¬†¬†¬†¬†¬†¬†¬†¬†¬† ¬ę¬†Mon prix, affirme le premier, est le plus petit entier √† partir duquel il existe au moins 2008 fa√ßons de le r√©gler¬†¬Ľ

-¬†¬†¬†¬†¬†¬†¬†¬†¬† ¬ę¬†Dans mon cas, confesse le second, c'est facile √† retenir, mon prix est le quart du nombre de fa√ßons de le r√©gler¬Ľ

-¬†¬†¬†¬†¬†¬†¬†¬†¬† ¬ę¬†Pour moi, dit le troisi√®me, ce n'est gu√®re plus compliqu√©, c'est le cinqui√®me¬†¬Ľ

-¬†¬†¬†¬†¬†¬†¬†¬†¬† ¬ę¬†Et pour nous disent en chŇďur les deux derniers, le prix √† payer de l'un est √©gal au nombre de fa√ßons de r√©gler le prix de l'autre¬†¬Ľ

Quels sont les cinq prix de l'ouvrage exprimés selon les cinq monnaies ?

 

Nota : on suppose que les règlements s'effectuent avec des pièces et des coupures sans rendu de monnaie à la caisse et que chaque mathématicien dénombre  tous les cas possibles pour régler son prix comme s'il détenait un nombre suffisant de pièces et de coupures.



Pierre Henri Palmade a résolu le problème.
Autre solution

 
RSS 2.0 Our site is valid CSS Our site is valid XHTML 1.0 Transitional