Small Fonts Default Fonts Large Fonts

Plus de 2000 récréations et problèmes mathématiques !

Ce site a été créé en souvenir de DIOPHANTE, mathématicien grec, qui nous a laissé de remarquables ouvrages d'arithmétique. L'objectif est de constituer une vaste bibliothèque de problèmes mathématiques avec les énoncés et les solutions classés par thèmes et selon leur niveau de difficulté et de proposer chaque mois plusieurs problèmes à la sagacité des lecteurs qui ont toute latitude pour envoyer leurs réponses.

Avertissement

Tous les problèmes sont identifiés par un niveau de difficulté :

Très facile

Facile

Moyen

Difficile

Très difficile

Variable

 

D'autre part, les problèmes se traitent généralement à la main et sont alors repérés par l'icône

 

Pour faciliter leur résolution, l'ordinateur peut être utile. Dans ce cas, vous verrez apparaître aussi cette icône

 

Quand l'ordinateur est indispensable, l'icône figure seule.

 

Pour avoir accès aux solutions de chaque problème, cliquez sur solution.

 

Les figures et les graphes ont été réalisés grâce au logiciel Declic.

Avertissement
Open/Close
A510. Les puissants se laissent manipuler Imprimer Envoyer
A5. Carrés, cubes, puissances d'ordre n
calculator_edit.png  

Par convention un nombre entier naturel positif n est appelé « puissant » si pour tout facteur premier p de n, p² divise aussi n. Ainsi 36 et 500 sont deux nombres puissants.
Montrer que chacun des entiers naturels de 1 à 21 peut être représenté par la différence de deux nombres puissants.
Pour les plus courageux : un entier naturel quelconque peut-il être représenté par la différence de deux nombres puissants?



Jean Moreau de Saint Martin
,Pierre Henri Palmade,Maurice Bauval,Patrick Gordon et Bernard Grosjean ont trouvé des méthodes de calcul qui leur ont permis d'exprimer chacun des entiers naturels de 1 à 21 comme différence de deux nombres puissants et notamment les deux plus coriaces 6 = 73.54 - 4632 et 14 = 33.55.192 - 55192. Pour les premiers nommés, ces méthodes ont même pu être généralisées pour traiter la grande majorité des cas.
De leur côté Jean Drabbe,Daniel Collignon,Claudio Baiocchi,Paul Voyer et Antoine Verroken ont remarqué que les nombres puissants ont pour frères jumeaux dans le monde anglophone les "powerful numbers" qui font l'objet de nombreux articles dans lesquels des auteurs comme R.A. Mollin et P.G. Walsh ou W. McDaniel décrivent des algorithmes exprimant n'importe quel entier comme différence de deux nombres puissants.


 
RSS 2.0 Our site is valid CSS Our site is valid XHTML 1.0 Transitional