Small Fonts Default Fonts Large Fonts

Plus de 2500 récréations et problèmes mathématiques !

Ce site a été créé en souvenir de DIOPHANTE, mathématicien grec, qui nous a laissé de remarquables ouvrages d'arithmétique. L'objectif est de constituer une vaste bibliothèque de problèmes mathématiques avec les énoncés et les solutions classés par thèmes et selon leur niveau de difficulté et de proposer chaque mois plusieurs problèmes à la sagacité des lecteurs qui ont toute latitude pour envoyer leurs réponses.

Avertissement

Tous les problèmes sont identifiés par un niveau de difficulté :

Très facile

Facile

Moyen

Difficile

Très difficile

Variable

 

D'autre part, les problèmes se traitent généralement à la main et sont alors repérés par l'icône

 

Pour faciliter leur résolution, l'ordinateur peut être utile. Dans ce cas, vous verrez apparaître aussi cette icône

 

Quand l'ordinateur est indispensable, l'icône figure seule.

 

Pour avoir accès aux solutions de chaque problème, cliquez sur solution.

 

Les figures et les graphes ont été réalisés grâce au logiciel Declic.

Avertissement
Open/Close
A1947. En plein ...dans le Mills Imprimer Envoyer
A. Arithmetique et algèbre - A1. Pot pourri
calculator_edit.png  

Ce problème est proposé par Jean Moreau de Saint Martin

 

Hippolyte dit à Diophante, un beau matin : ``J'ai réussi à démontrer la conjecture de Legendre !''

Cette conjecture énonce qu'entre deux carrés parfaits consécutifs, on trouve toujours au moins un nombre premier.``Très bien,'' répond Diophante, ``je vais pouvoir laisser mon nom à un nombre remarquable : le nombre de Diophante D,  nombre réel tel que, en l'élevant n fois au carré, la partie entière de D^(2^n) est toujours un nombre premier.''

1) Que pensez-vous de cette prétention ? Comment Diophante peut-il s'y prendre pour fabriquer un nombre D (ou même plusieurs) ?

2) En réalité, la conjecture de Legendre n'est toujours pas prouvée. Mais les progrès faits dans la connaissance de la répartition des nombres premiers ont montré (théorème d'Ingham, 1932) qu'entre deux cubes parfaits consécutifs assez grands * on trouve toujours au moins un nombre premier. Montrez qu'il existe un nombre M appelé nombre de Mills tel que, en l'élevant n fois au cube, la partie entière de M^(3^n) est toujours un nombre premier.

 

* Ce qui veut dire plus grands qu'une certaine limite, dont on peut seulement dire qu'elle est finie.



Fabien Gigante,Daniel Collignon,Pierre Henri Palmade ainsi que l'auteur du problème Jean Moreau de Saint Martin ont donné la solution. Par ailleurs Jean Drabbe fournit plusieurs références d'articles sur le théorème de Mills.

 

 
RSS 2.0 Our site is valid CSS Our site is valid XHTML 1.0 Transitional